Jamais je ne t'oublierai !!

October 11, 2018

Je ne l'ai pas désiré mais Body l'a réclamé. J'ai pleuré, tempêté, l'ai gobé, roté puis finalement accepté. A partir du moment où on accepte on devient plus doux avec soi-même, je me suis donc dit qu'au fond je n'avais pas régressé mais tout simplement changé. #toutestqestiondePERCEPTION.

 

Il ne faut tellement pas oublier de se féliciter par rapport aux VRAIES raisons qui nous ont incités à bouger. Moi c'était pour stimuler mon système immunitaire qui était complètement à plat  et bien sur améliorer dans mon cas, ma santé articulaire en retrouvant du tonus, il aurait donc été assez utopique de m'acharner sur body lui qui cette année ne fait que réclamer accalmie de douleur et beaucoup de douceur.#tesunbonJackBody

 

En ce matin du 7 octobre les planètes sont parfaitement alignées pour mon dernier GRAND tour de piste. Nous sommes le 7, mon premier full c'était il y'a 7 ans et celui-ci sera mon 7ieme en cette 17ième édition de marathon de Rimouski et je portais le dossard numéro 37.

 

Body était hyper bien préparé, entrainé pas trop, en fait  juste assez. Comme toujours je l'ai respecté, il est donc prêt a tout donner. Je le sais, car cette symbiose qui caractérise si bien notre union depuis 2014 ( année de gros lâcher prise sur la performance, naissance du Pace du Bonheur) est à son top en ce moment. Après 16 ans de cohabitation on est devenus un vieux couple #quichicanedetempsentempspoursavoircestquiLEBOSS

 

Je n'ai jamais eu, avec le diagnostic de Polyarthrite rhumatoïde sévère, les prédispositions physiques maximales, pour atteindre ni même envisager ce que certains pourraient qualifier d'une place d'honneur à la course à pied. J'ai cependant, et sans prétention la certitude d'être au premier rang des coureurs du Bonheur. #etjemassumeTOTALEMENT

 

 

En me présentant au départ hâtif j'étais comme à fleur de peau, les émotions dans l'piton #tsépastropsuredemaface pour une des premières fois je laissait plein pouvoir et contrôle a body, qui réagit tout d'même aux bouleversements émotifs, je ne savais pas sur quelle mesure ni à quel tempo nous ferions la dernière GRANDE valse du Bonheur.

 

J'étais accompagnée d'amis Adeptes du Pace du Bonheur, l'ambiance fût légère dès le tout début, voir festive #jyaifortementcontribué je n'ai pas eu besoin de piger dans mon sac à face une bette de plaisir malgré ma grande émotivité j'ai ressenti un bien-être immense instantanément et me suis dit: Que la fête commence #Maestroparicilamusique

Je ne détaillerai pas chacun de mes 42 Kilomètres, en les gardant à l'intérieur de moi, ils vivront plus longtemps #binkoijaiunpetitdeuilafairetoutdememe mais TOUS ont été faits un pas à la fois droit devant jusqu'au bout la tête haute.

La frénésie, cette grande excitation du début à cédé sa place à la réalité d'un body hyper fragilisé vers le KM 12 et me suis dit alors: Tiens voilà ce signe, cette révélation qui me confirme que j'ai réellement bien fait de crier cette année LAST CALL sans Jamais,  Jamais avec un grand J altérer mon ancrage au moment présent, mon plaisir multiplié par la joie de le vivre si bien accompagné #RENÉetNORMANDvousetesextraordinairesMERCI

 

MON BONHEUR était bien plus grand que la DOULEUR.

 

 

J'ai été silencieuse avec mes deux comparses, bon la gestion de la douleur bien sûr, mais aussi cette espèce de méditation que je pratique en longue distance et que me permets une grande introspection. Je disais ADIEU au fil des foulées à une étape de ma vie que j'avais ardemment souhaité #MARATHONIENNE et tendrement aimé. Cette fébrile ligne de départ d'un Full #cesthotdireunFULL à laquelle je me présentais une fois par année avec mon costume de Super Héros #grimaceaupronosticgris #fingeralapolyarthrite

 

Majestueux tu m'as encore ensorcelé pendant tous mes kilomètres

 

Les 5 derniers kilomètres j'ai été transporté par un raz-de-marée d'amour. Des amies précieuses m'ont rejoint et  j'étais attendue par une belle gang d'Adeptes du Pace du Bonheur #quellebellegrossegangdeBONHEUR #CHOYÉEquejesuis

 

 

À  ma plus que grande surprise  chirrrrrrrrrrrrrrrrri est venu me retrouver dans les derniers 500 mètres #ilnajamaisfaitcela on a trotté par la main tous les deux comme une ode silencieuse à notre complicité, notre association #cestmonbeauRenéAngellil à tous les sacrifices mais surtout à cette FIERTÉ mutuelle d'avoir toujours accompagné l'autre avec conviction même si nous étions pas toujours dans la même direction #jaiunetetedecochon

 

J'ai littéralement flottée par la suite, c'est presque même un peu flou dans ma tête, mais si clair dans mon coeur de FINISHER I DID IT #anothernebitesthedust .

Comme une grande, en grande j'ai franchi cet Everest, MON Everest depuis quelques mois, celui qui tant de fois m'a paru si inatteignable même bien entourée, même bercée par mon Majestueux, ce jour du 7 octobre 2018. Comme à chacun de mes défis, à la course comme dans ma vie, je peux crier haut et fort que c'est uniquement la persévérance qui m'y a porté.

 

Ce fût le plus difficile est le plus beau à la fois,

C'était ma dernière GRANDE valse, oui monsieur. Quelle belle danse, j'aurai valser avec la douleur et l'inconfort certes, mais aussi le plaisir et le désir de réussir, les larmes et les fous rires,  la férocité et le lâcher prise sans jamais trébucher.

Puis mon ATTITUDE est devenue ce grand chef d'orchestre qui  lorsque le coeur veut vaciller harmonise tous les accords. Alors là j'ai dansé avec la fierté, la tristesse, l'espoir. la fragilité et cette grande invincibilité

 

Vous dire TOUT ce que je peux ressentir IMPOSSIBLE, mais j'ai une infinie GRATITUDE envers celle que je suis devenue par ce beaux dimanche matin à Rimouski Beach.

MARATHON DE RIMOUSKI

Il y'a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

 

 

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents

June 12, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square