la dernière valse du Bonheur

September 20, 2018

 

7 octobre, je serai à la ligne de départ du 42.2 KM le long du Majestueux Rimouski, mon premier Amour ce marathon, mon grand Amour pour tant de raisons et sera aussi mon dernier Amour.

 

En écrivant, j'ai compté sur mes doigts, mes présences à un départ de " full ". 2011-2013-2014-2015-2016-2017-2018 !!! 1-2-3-4-5-6 7..bin oui lucky 7 cette année OMG . Lucky? je n’en ai pas été convaincue au tout début, puisque ce sera mon dernier grand tour de piste, mon dernier 42. C’est body qui en a décidé ainsi, mais je n’allais pas lui laisser tout décider, tout d'même. On devait faire le P’tit train du Nord,body pi moé, on voulait un nouveau parcours. Mais tiens vlan j’ai changé mon fusil d’épaule et j’ai choisi Rimouski, ce parcours qui m’a donné tant d’amour. J’avais BESOIN de terminer là ou tout a commencé et boucler la boucle avec un ruban doré.

 

En 2010 j’ai mis un rêve en mode projet devenir marathonienne, que j’ai réalisé le 2 octobre 2011. Vivant avec la polyarthrite rhumatoïde, depuis 9 ans à cette époque, je me suis ce jour-là sentie INVINCIBLE envers le pronostic gris, je me suis mise en mode " inatteignable". Quelle énorme grimace je faisais à la maladie. Je voulais faire partie, de ce faible pourcentage de la population, qui peut porter le titre de MARATHONIENNE, j'ai réussi et ma vie a complètement changé.

La distance du 42 à cette époque me semblait un passage obligé pour tout "vrai coureur "( que j'étais naïve ou endoctrinée). Comme il n’était aucunement question que je termine en fin de peloton, #questcequelesgensdiront j’étais inscrite au départ hâtif, soit 2 heures plus tôt que le départ officiel.

 

 (voici mon fameux départ du 42 Km, ce jour du 2 octobre 2011, assez spécial, vous en conviendrez.)

 

Voilà donc la grande particularité de mon exploit j’étais le seul participante à ce départ "des lents" TU-SEUL   E !!! J'ai longtemps, en conférence remercier le "petit monsieur Bénévole, oui avec un grand B, Mr. Clément Pelletier qui s'était déplacé sous la pluie, à 6 heures du matin, uniquement pour moi, l'entêtée, l'anxieuse, la presque psychosée ;-)

 

(M.Pelletier est un être exceptionnel passionné contagieux, pilier du Marathon de Rimouski, que je vais saluer chaque année..Pas besoin de vous dire qu'il se souvient de la "p.tite madame")

 

Vous comprenez donc mieux ce sentiment de "  i’am a warrior  "

Courir un marathon pour moi a toujours été un grand voyage au centre de moi-même, j’en ai voyagé une shot, et  ces délicieux périples, tous meilleurs les uns que les autres, me donnaient toujours un nouvelle carte d’embarquement pour l’année suivante. #maisplusmaintenant

 

Je parle énormément en conférence du gros lâcher prise sur la performance et comment j'ai dû apprendre à revoir toutes mes perceptions. La perception de réussite, de performance. J'ai changé mes lunettes, en fait j'ai changé mon ATTITUDE #alcoursecommedanslavie

 

Je cours sans la montre depuis 2013, juste au feeling du moment

La dernière fois où j'ai regardé un chrono c'est en 2014. #aRimouski.

Mais mon revirement à 360 degrés c'est fait en 2015 #MarathondeParis car non seulement je ne me préoccupe plus de mon temps au finish, je ne retourne jamais, J A M A I S  sur internet pour connaître mon résultat #pasbseoindestatistiquepourmesurermaFIERTÉ

 je cours uniquement pour moi sans aucun besoin, ni davantage de désir,  de faire partie des statistiques, d'être dans un rang. J'ai compris que l'exploit n'est pas lié au temps accompli, mais bien à la distance franchie.

 Finish 42 Rimouski 2014, dernière #ouinpis ma plus grande FIERTÉ.  #FINISHER dans des conditions épouvantables ( course avec un très grand pourcentage d'abandon #pasmoiFINISHER)

 

 (5 octobre 2014, dernière, mais tellement pas perdante, la dernière fois où j'ai regardé le temps. Meilleur chrono à vie..J'ai compris que dans le plaisir et le bonheur on réussit davanatge)

 

 

J'ai toujours dis tant que je pourrai courir je ferai annuellement la distance de 42.2 Km. Puis dans les dernières années, la maladie ayant évolué, me disais , tant que je pourrai marcher je le ferai. Suis rendue assez bonne dans le domaine du lâcher-prise car aujourd'hui je vous dis que la distance mythique n'est plus un passage obligé, alors Rimouski sera mon dernier, car ma coloc la polyarthrite rhumatoïde, défend de plus en plus son territoire.

 

Bon avant de prendre ma décision officielle et dure comme fer, avant d'en faire l'annonce sur les réseaux sociaux, j'ai eu un goût amer plusieurs semaines, en bon québécois, j'ai eu,un long moment, du gros caca dans ma bouche. Mais lorsque l'on a la graine de la résilience un moment donné, on s'donne une grosse claque dans l'dos, on fait un beau gros rot...... Puis on passe à autre chose, c'est d'même que ça marche pour moi.

 

Fondatrice du Pace du Bonheur, avec comme mission

 

*Dédramatiser le chiffre !!! j'haïs les chiffres. En combien de temps #WHOCARES, ça veut dire quoi anyway. Si je dis 5H07,c'est même pas ça. Cela ne m'a pas pris 5h07, mais 16 semaines de préparation. En cessant de focusser sur le TEMPS j'ai appris à apprécier le MOMENT.

 

*Dédramatiser les périodes de marche. Marcher, pour moi, ce n'est plus un échec mais plutôt une option pour pouvoir courir plus longtemps. La vitesse importe tellement peu, l'important est de toujours avancer, et terminer #thatsit. Cette distance ultime sur route, dans les dernières années, m'a été possible grâce à mes alternances marche-course, 10min-2min, 4min-1min,10mn-1min #idontknow c'est team tête-body. Donc soudainement ce qui me paraissait inaccessible avec mes limites est redevenu accessible, voilà donc une autre de mes mission. L'ACCESSIBILITÉ pour tous, coureurs, coureurs-marcheurs, joggeurs du bonheur, trotteurs #nameit. Le fil d'arrivée est un des plus beaux endroit sur la Terre, interdit de s'en priver par peur de se sentir imposteur.

 

Ah !! Rimouski mon grand Amour, #ODEatoi, voilà pourquoi je parle de toi sans cesse en conférence, voilà pourquoi je te visiterai cette année pour la dixième fois, voilà pourquoi tu es si Majestueux car toi aussi tu rends ACCESSIBLE ce qui semble, ou es inaccessible pour certain, sans départ hâtif, la belle distance de 42 KM.

Tu es comme le marathon du bonheur. On était tellement fait pour s'entendre

 M E R C I tu as changé ma vie.

En 2011, j'étais seule au départ hâtif, l'an dernier une 20aine de personnes étaient sur la ligne de ce départ #wow. Cette année, je sais déjà que nous serons plusieurs Adeptes du Pace du Bonheur, à ce départ " des lents".. Oui, Oui c'est moins joli nommé ainsi #OUINPIS. On commence, on avance, on termine.              WE ARE FINISHER.

 

Boucler la boucle avec un ruban doré OUI, Je ferai.

Sans aucune amertume, sans aucun regret je ferai ce dernier GRAND tour de piste dans mes grandes chaussures de marathonienne, car je demeure une coureuse, je vais revisiter la distance du semi, je vais "trailer" dans l'bois dans ma belle forêt, et courir avec les petits.  #ceprécieuxprivilege

Je vais continuer a courir par plaisir

à courir pour juste pour courir

à courir pour continuer a grandir.

 

J'ai beaucoup de résilience sur celle que je ne suis plus et j'ai davantage de gratitude envers celle que je suis devenue, la vie continue . #theshowmustgoon

 

                                   (Finish line de mon 25ième demi-marathon post-diagnostic

On a tous son histoire, et chacun de nos courses, aussi, a son histoires. Rimouski tu m'auras permis d'écrire mes plus belles pages.)

 

Mon Rimouski, dans 16 jours je te célébrerai à la hauteur de tout ce que tu m'auras apporté. Je vais te rendre tout l'amour que tu m'as donné et jamais je n'oublierai la fierté de ce premier, l'ivresse et l'immense fébrilités de mes dix présences sur ta ligne de départ le long de ton Majestueux Majestueux.

Cette dernière valse du Bonheur pendant 42 Km, ce dernier GRAND tour de piste sera un ode à mon incommensurable dignité d'avoir toujours franchi mes fils d'arrivée sans jamais fléchir MON everest ici, année après année.

Abandonner n'est pas une option, m'abandonner est la seule solution #titrersarévérenceenchampionne

 

 

Je n'ai pas le corps d'un coureur,

mais j'ai le coeur d'un finisher et c'est tout ce dont j'ai besoin

 

 

Please reload

Posts Récents

June 12, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square