Courir les 4 saisons du bonheur

Mon petit rituel matinal, parcourir mon Facebook avec un grand noir !!  

 

En ce 11 juin, ce qui attire mon attention : La majorité des statuts concerne la météo particulière. " J'ai pas vu passer l'été " "Est-ce qu'on doit ressortir nos skis" "Fa frette, c'est poche"....

Que pouvons nous donc y changer ? Rien, sauf bien sûr, notre attitude.

 

En ouvrant le rideau ce matin, je savais déjà que c'était froid et pluvieux, mon corps me l'a dit, mais je " focusse " sur le zénitude que m'apporte le bruit de la pluie plutôt que sur mon corps plus endolori.

Ça fait longtemps que j'ai compris que le positif attire le positif.

 

En aucun moment je ne me suis interrogée à savoir si je sortais courir et encore moins tempêter sur les conditions. En fait j'ai toujours le feeling que lorsque c'est un peu plus difficile et moins  spontané, c'est toujours plus payant et tellement gratifiant.

En décrochant des chiffres je ne valorise pas la durée ou la distance de ma course, mais bien le degré de difficulté. Bref ce midi que je fasse 9KM, 2 Km ou 4 KM ma réussite sera accentuée sur le fait que j'aurais bien pu ne pas ouvrir cette foutue porte malgré le déluge et des articulations plus que fragilisées.

 

Depuis que la course de fond est ma passion mes acquis en course je les transfère dans ma vie.

Réfléchissez deux secondes : Une journée pleine d'intempéries au boulot, est-ce que je ferme l'ordi et retourne à la maison ? 

 

Tous les matins, sans aucune exception, quelques minutes avant ma sortie j'ouvre tout grand la porte patio, je prends une "grosse puff" d'air pur. C'est ce qui m'aide à trouver mon ti-kit, j'avoues, mais surtout, c’est  ce qui déterminera mon attitude dès la première foulée.

Il vente à écorner les bœufs, je prendrai la force du vent dans chacun de mes pas. Il pleut, j'aurai l'impression de retomber en enfance quand on s'amuse sous la pluie; et qui dit enfance, dit légèreté, bien-être, insouciance.

Il fait un magnifique soleil, je vais prendre cette belle lumière et la garder en moi pour toute la journée et faire briller mes yeux. Il neige à plein ciel, des belles grosses boules de ouate, pour moi c'est la douceur, la blancheur, je rentre toujours sereine et purifiée après ces sorties. Il fait un temps glacial, j'irai chercher mon réconfort dans la chaleur d'un bain chaud ou d'une douche d'ado avec le feeling de "warrior" en moi pour chacune de me activités ou décisions.

 

Chacune des journées de chaque saison est différente comme chaque course est unique, tout comme on a mille et une possibilités d'aller chercher ce dont on a besoin, ici maintenant, suffit de bien les identifier, les visualiser et s'en servir pour se propulser.

 

Apprendre à aimer les 4 saisons et toutes les conditions, me permet de pouvoir combler ce besoin quotidien viscéral de gambader anyway !

Apprendre à distinguer et apprécier chacune des couleurs et se laisser conquérir par les odeurs,  fait de moi une meilleure personne et vous savez quoi ? Que ça sent bon le bonheur !

 

Je me dis qu'en accumulant ces courses, j'apprends aussi à dépasser les obstacles petit à petit, un pas à la fois. Et à la vie comme à la course je tente de franchir et d'acquérir un niveau supérieur. Toute cette souplesse que les différentes conditions demandent me rendent toujours plus forte, vivante et confiante.

 

-C'est notre attitude qui détermine notre altitude

Cette citation de Zig Zlagar que plusieurs connaissent est un de mes leitmotiv qui me revient régulièrement, disons les jours gris. Et j'ajoute que si on croit profondément en ses aptitudes on multiplie l'équation pour aller plus et plus loin.

 

Voilà, ce matin il fait froid et il pleut, mais je sors me chercher un morceau de bonheur et moi seul décidera quelle en sera la grosseur. Et vous, vous aller chercher quoi aujourd'hui ?

 

Please reload

Posts Récents

June 12, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square