Courir; Bouée, moteur, bouclier, fierté.

Un beau réveil lumineux ce matin, une belle luminosité polaire qui me donne le goût de sauter rapidement hors du lit. J’adore le soleil en hiver, la pureté de cette lumière m’impressionne, le reflet dans la neige et ses tonnes de diamants qu’il crée. Même le bleu du ciel est plus profond, plus intense, j'ai toujours de la difficulté à le qualifier, c’est comme si Prismacolor ajoutait une teinte spéciale les jours de grand froid. C’est comme une loi non écrite dans ma vie de joggeuse heureuse : jamais un jour de grand soleil, peu importe le mercure, je ne me priverai de mon plus grand plaisir solitaire : la course à pied. La polyarthrite rhumatoïde intensifiée par l’humidité, qui caractérise

Quand ForestMom devient Agaguk

Vous savez tous que j’aime courir. En fait AIME le mot est faible. Je cours tous les jours par amour de la vie, par besoin viscéral, par soif de me réaliser et par pur bonheur.Un autre de mes grands amours s’appelle Bonhomme hiver, quand je peux combiner course et hiver c’est mon Nirvana, c’est la béatitude la plus totale dans mon âme, ma tête, mon cœur et dans mon corps. Un de mes fils m'a gentiment donné deux surnoms. ForestMom, à mon grans honneur et bonheur et Agaguk . Il connait bien sa Mom. Les runs polaires, j'adore. Le ciel est toujours d'un bleu intense et la lumière toujours invitante. Quand en ouvrant la porte, les deux narines me collent ensemble, je sais que je m'apprête à vivre

Posts Récents
Archives