Ma p'titeMom me disait: Dans la vie, on DOIT faire ce que l'on aime...

Aimer la course Je suis encore sur un beau gros nuage , même le surlendemain. J'ai courur 5Km ce dimanche à Québec. Je plane d'avoir vécu ce moment de grande intensité, je souris béatement en pensant à tous ces frissons qui m'ont parcourus durant la course et je suis gonflée de pure gratitude d'avoir le privilège de ressentir tant de fierté. 5 KM, vous dites? Bien oui, mais pas n'importe lequel 5 KM. Quel grand bonheur Je prenais le départ avec mon petit-fils Charles 6ans et accompagnée d'un de mes fils qui poussait en chariot BB Nicolas 8 mois . Charles m'appelle Mamie différente. Je me souviens que dès l'annonce du test de grossesse positif de ma bru, j'avais acheté un chariot de jogging.

Stress ou fébrilité, toute une différence

Je dis toujours que courir au Pace du Bonheur c' est courir libre, sans montre et sans stress. Je me suis arrêtée sur certains statuts sur les réseaux sociaux en cette semaine pré-marathon de Montréal qui disent dans l'ensemble. Je suis stressé en prévision de ma course, j'ai le stress dans l'piton pour mon 10 KM...... Ça m'a fait me questionner sur le stress et je suis allée consulter mon grand ami Larousse qui dit ceci du stress : État réactionnel de l'organisme soumis à une agression brusque. Oufffff !!! Les synonymes sont tout autant effrayants : Désolation , agression, angoisse, choc, tristesse. Comme je suis contente de courir sans stress ! Je le dis souvent en conférence que le stress

Suspendre le temps

Ce matin j’ai fait quelque chose que je n’avais pas fait depuis longtemps courir avant le lever du soleil.C'est comme si dans mon coeur aussi, petit à petit la lumière s'allumait OMG ! Quel effet apaisant, clamant et ressourçant. Pas de voitures, pas de klaxons, pas de piétons, moi seule à gambader dans mon quartier et à me faire sécher les dents, car oui j’ai eu la sourire fendu jusqu’aux oreilles de la première seconde jusqu’à la 2400 ième. C’est super difficile pour moi courir très tôt avec ma grande routine d’étirements exigée par mon polyarthrite rhumatoïde, mais je me suis fait la promesse, à mon retour ce matin d’aller conquérir la ville une fois par semaine. C’est le feeling que j’av

Remplir son baluchon

La course, quel magnifique moteur de vie, quel grand privilège de pouvoir encore mettre un pied devant l’autre et pouvoir choisir la liberté. Tous les matins j’ai ce besoin viscéral d’enfiler mes runnings et de prendre ce que body peut me donner. Certaines personnes me demandent mais ou trouves-tu ta motivation? Ma motivation est toujours de l’autre côté de la porte. Lorsque je suis en training marathon c’est super facile, un but précis, une date, un fil d’arrivée. Mais ça ne dure que 12 semaines, il m’en reste donc 40 dans l’année ou je n’ai pas d’objectifs fixes. Je suis dans ma dixième année de coureuse et suis encore émerveillé par le pouvoir de la course sur moi. C’est ça mon moteur de

Posts Récents
Archives